Lingerie : un gynécologue vous dit ce que vous devez savoir

Ce sujet est rarement abordé, alors qu’il devrait l’être avec les filles dès l’adolescence, estiment de nombreux médecins. Après tout, l’inattention au choix de sa lingerie, à première vue, menace non seulement d’inconfort, mais aussi de graves problèmes de santé. Nous avons posé 10 questions importantes à la gynécologue-obstétricienne Elena Korsak et avons sollicité son aide pour établir une courte liste de règles à ne pas enfreindre. Par ailleur, si vous recherchez plutôt des conseils de mode en matière de lingerie et autres accessoires vestimentaires, c’est plutôt sur le blog Portereine.fr que vous trouverez votre bonheur.

lingerie

1. Quelle matière dois-je choisir pour un sous vetement femme ?

Le coton ou la soie sont les options les plus appropriées pour les ensembles quotidiens. Cela dit, aujourd’hui, le Lycra, l’élasthanne et d’autres fibres synthétiques sont souvent utilisés dans la fabrication des culottes et des soutiens-gorge. Ils aident à maintenir la durabilité et la forme des sous-vêtements, mais il est important de se rappeler que la teneur de ces matériaux ne doit pas dépasser 5-10% ! Le synthétique provoque souvent des irritations et des dermatites en cas de port prolongé. En outre, il absorbe moins bien l’humidité (sueur, excrétions), ce qui crée un environnement chaud et humide idéal entre le sous-vêtement et le corps pour divers micro-organismes nuisibles. L’effet de serre favorise les infections fongiques, la vaginose bactérienne et d’autres problèmes.

Pensez à protéger votre lingerie féminine

À ce propos, les femmes qui ont des pertes abondantes (plus de 4 ml par jour) ne doivent pas abandonner les serviettes hygiéniques quotidiennes. Contrairement à la croyance populaire, ils ne sont pas nocifs pour la santé (s’ils sont sélectionnés correctement), et dans ce cas, ils sont simplement nécessaires. Il vaut mieux remplacer ce moyen d’hygiène à plusieurs reprises que de laisser l’humidité se répandre. Et votre linge préféré sera mieux conservé.

2. À quoi faut-il faire attention lors de l’achat d’un soutien-gorge ?

Si un soutien-gorge n’est pas correctement ajusté, deux problèmes peuvent survenir :

  1. l’oppression contribue à une mauvaise circulation.
  2. Au contraire, le serrage provoque un affaissement des seins qui entraîne un mauvais drainage de la lymphe. Ce problème est particulièrement urgent pour les femmes à forte poitrine.

Faites attention à la coupe de votre lingerie. L’idéal est que la poitrine soit confortablement positionnée dans les bonnets, mais fermement fixée, qu’il y ait une emmanchure haute à l’aisselle, des panneaux latéraux confortables et sûrs, des arêtes ergonomiques non plongeantes qui suivent les contours du corps, et qu’il n’y ait pas de coutures bosselées sur la face interne des bonnets. Il est bon qu’il y ait également une large bande anatomique sous les seins.

La largeur du tour de poitrine doit être de 12 mm pour les bonnets à partir de C et de 15 mm pour les bonnets D plus grands. Il est souhaitable que les sangles soient rembourrées et ne coupent pas le corps.

Tout cela contribuera à réduire le risque de maladies du sein, notamment la mastopathie. Il est strictement interdit d’aggraver la circulation sanguine dans les tissus de la glande mammaire. Il est préférable de ne porter les soutiens-gorge de mannequin que pour sortir et pour une courte durée.

3. Quel modèle de culotte est le plus « sain » ?

Je vote pour les slips. Ce type de lingerie est le plus anatomique, il couvre entièrement les fesses et n’est pincé nulle part.

Si vous aimez les shorts, vous devez savoir qu’il est particulièrement important de choisir la bonne taille. Ils ont tendance à serrer vos cuisses trop fort. Ce modèle est contre-indiqué pour les femmes ayant des varices !

Les culottes bikini et les tangas ne sont bons que pour l’été, lorsque vous pouvez porter des robes légères. Ces modèles ont tendance à aggraver la circulation sanguine dans le bassin en raison de leur forme, et lorsque le pantalon s’y ajoute, la situation ne fait qu’empirer.

4. Est-il vrai que les strings sont nocifs ?

Je suis catégoriquement contre ce modèle. Ils sont très populaires parmi les jeunes. Mais je tiens à souligner que les strings :

  • sont coupant dans les tissus de l’entrejambe et peuvent le traumatiser lorsque vous bougez :
  • servent de pont pour le passage des infections et des micro-organismes indésirables de l’anus au vagin. Les femmes qui portent constamment de tels sous-vêtements souffrent beaucoup plus souvent de colpites, de cystites, de muguet et d’autres problèmes.

N’oubliez pas que le string ne doit pas être porté plus de 2 à 3 heures par jour. Et c’est mieux sans eux du tout.

5. Peut-on faire confiance aux offres publicitaires modernes ?

Aujourd’hui, les femmes disposent d’une variété de nouveautés inhabituelles en matière de lingerie. Par exemple, les sous-vêtements en fibres de bambou sont activement promus. Oui, c’est une très bonne option. Un tel tissu est très doux, respirant et absorbe parfaitement l’humidité. Cependant, il y a beaucoup de contrefaçons. Il est important que vous parveniez à trouver un modèle de très haute qualité.

Avec prudence, je conseille d’utiliser des culottes avec des imprégnations différentes, comme l’aloès. Cet extrait ne convient pas à tout le monde. Personne n’annule l’allergie. Les conséquences peuvent être assez graves.

Il existe des modèles encore plus étonnants : avec ions argent, avec tourmaline et autres. On leur attribue de véritables propriétés curatives. Ils écrivent que cette lingerie protège contre l’infertilité, peut corriger les problèmes sexuels, etc. Ne vous laissez pas berner par de belles promesses. Tout au plus, ce qui est utile à ces culottes et soutiens-gorge – pour fournir une barrière antibactérienne plus stable. Ils ne guériront pas la maladie !

6. Que dois-je choisir pour le sport ?

Si vous pouvez changer vos sous-vêtements pour des propres après l’entraînement, suivez le conseil précédent et choisissez des ensembles faits de tissus naturels.

Si vous n’avez pas cette possibilité, il est préférable de prêter attention aux modèles utilisant des matériaux synthétiques. Pourquoi ? Parce qu’ils vont sécher rapidement. Comme je l’ai déjà dit, le principal ennemi de la santé est l’humidité, qui multiplie les bactéries, et il faut l’éviter par tous les moyens. Bien entendu, dans ce cas, les sous-vêtements doivent être confortables pour ne pas subir de dommages mécaniques. De nos jours, il existe de nombreuses options pour les sous-vêtements de sport spéciaux.

7. A quelle fréquence faut-il changer de sous-vêtements ?

Le pantalon doit être changé tous les jours, ou plus souvent s’il est sale. Il est souhaitable de porter un soutien-gorge neuf une fois tous les deux jours. Si la femme transpire à peine, elle est autorisée une fois tous les 4 jours.

La principale règle à retenir et grâce à laquelle vous ne pouvez jamais vous tromper : si la lingerie a accumulé de l’humidité, elle doit nécessairement être lavée. Il est important que les soutiens-gorge se « reposent », c’est-à-dire qu’aujourd’hui vous en mettez un, demain – l’autre. De cette façon, chaque soutien-gorge a le temps de s’aérer correctement, et reste plus longtemps en bon état.

Vous savez, il y a une phrase bien connue que j’aime beaucoup : le foyer de la femme est celui où elle peut se promener sans soutien-gorge. C’est très vrai. Quand vous rentrez chez vous, laissez enfin vos seins se reposer. Elle vous en sera reconnaissante.

Il faut avoir une maison confortable ; des vêtements qui ne gênent pas les mouvements et dans lesquels on se sent bien. Si vous devez rester en vue pendant 10 à 12 heures, avec le bon modèle, vous n’aurez aucun problème. Mais je le répète : vous devez accorder une attention particulière au confort et à l’anatomie de la lingerie, ne pas être avare de matériaux de qualité et d’une marque éprouvée.

8. Avec quoi se laver ?

Pour le lavage, je recommande d’utiliser des détergents liquides. Mais pas la poudre ! Il est mal rincé (car on lave le linge à basse température, pour ne pas le déformer, et certains modèles nécessitent même un lavage à la main). Ils entrent en contact avec des zones sensibles. Les éléments chimiques piégés entre les fibres peuvent provoquer des allergies et des irritations.

Si vous êtes sujet aux dermatites et aux inflammations, il est préférable de donner la préférence aux détergents pour enfants. Ils sont hypoallergéniques.

9. Est-il possible de ne pas porter de sous-vêtements du tout ?

Je n’ai rien contre. Si c’est confortable pour la femme, pourquoi pas ? Mais vous ne pouvez vous le permettre que si :

  • vous avez de petits seins qui ne s’affaisseront pas sans soutien-gorge :
  • vous n’avez pas de décharge importante ;
  • vous n’êtes pas une mère qui allaite ;
  • Vous n’avez pas d’inflammation mammaire ou pelvienne ;
  • vous avez un bon système immunitaire ;
  • Vous portez une jupe ou une robe (les shorts, les jeans et les pantalons, tout d’abord, ne se lavent pas aussi souvent, l’absence de sous-vêtements dans ce cas est donc peu hygiénique, et ensuite, ils irritent mécaniquement le périnée).

Au moins, vous avez le droit de vous promener chez vous complètement nu ou en portant une robe légère. De cette façon, une bonne ventilation est assurée, et c’est très bien.

10. Dans quoi dormir ?

En aucun cas, ne vous allongez dans les mêmes sous-vêtements, qui sont restés toute la journée. Pourquoi inviter les germes que vous avez accumulés pendant la journée dans votre lit ? Si vous avez soudainement l’habitude de dormir avec un soutien-gorge, essayez de l’oublier pour toujours ! C’est un tabou.

Concentrez-vous sur la saison. Il est important que vous n’ayez ni froid ni chaud. Je conseille de dormir en pyjama. Les chemises de nuit se froissent et s’emmêlent pendant le sommeil. Les plis du tissu peuvent s’écraser et laisser des traces sur le corps.

 

Choisissez des pyjamas sans coupure et nécessairement faits de matériaux naturels. Évitez la dentelle, les volants, le caoutchouc cousu, les inserts métalliques et autres détails irritants. Le sommeil doit être confortable et profond, rien ne doit vous réveiller. Sous le short ou le pantalon de pyjama, ne pas porter de sous-vêtements.

Si la température de la pièce le permet, je recommande vivement de dormir sans sous-vêtements du tout. Dormir nu normalise la circulation sanguine et le métabolisme, abaisse la pression sanguine et améliore généralement les paramètres de santé. C’est un fait avéré.